Les Chutes de Lorette v. 1860

Les Chutes de Lorette v. 1860

Zacharie Vincent, Les Chutes de Lorette, v. 1860

Huile sur carton, 48 x 60,6 cm

Musée de la civilisation, Québec

 

Art Canada Institute, Zacharie Vincent, Village of Lorette, near Quebec, 1840, by W.H. Bartlett.
W.H. Bartlett, Village de Lorette, près de la ville de Québec, 1840, gravure sur acier sur chine collé 27,3 x 34,2 cm, Musée national des beaux-arts du Canada, Ottawa. Au cours du 19e siècle, le paysage de la Jeune-Lorette est un motif convoité par de nombreux artistes. En témoigne cette gravure de W.H. Bartlett publiée dans Paysages Canadiens de N.P. Willis en 1842; l’œuvre montre les chutes d’un point de vue pittoresque. Si Vincent a pu s’en inspirer, il est plus probable qu’il ait travaillé directement sur le motif. 

Sur le plan iconographique, Vincent s’est sans doute inspiré d’une des nombreuses œuvres picturales, gravées et photographiques, en circulation à l’époque, présentant le même point de vue en surplomb sur les chutes et le village de Lorette.

 

La scène dans Les Chutes de Lorette a sans doute donné lieu à un bricolage à partir d’icônes en circulation et d’un travail de mémoire. Vincent sépare la composition en deux : la partie gauche, dont la facture est plus empâtée, présente le sujet principal, une nature en mouvement, des chutes tumultueuses sous un ciel assombri, libéré partiellement par la lumière perçant les nuages; la partie droite, traitée de manière plus graphique, montre des architectures et des détails pittoresques : un drapeau britannique flottant sur le toit du moulin, une girouette, le clocher de l’église, un pont au loin. Les architectures sont rendues de manière schématisée, à l’aide d’une perspective cavalière. Ainsi, l’artiste a exploité, dans l’ensemble, plusieurs points de vue simultanés.

Download Download