Mlle H. Frothingham 1871

Mlle H. Frothingham 1871

William Notman, Mlle H. Frothingham, Montréal, 1871
Plaque de verre au collodion humide, 25 x 20 cm
Musée McCord

Ce portrait de la jeune Harriet fait partie d’une série que Notman réalise à la maison de campagne des Frothingham. Ces photos de la famille Frothingham compte parmi ses portraits les plus expérimentaux. Ils présentent des poses, des accessoires et des cadres inhabituels; dans quelle mesure ces suggestions viennent de Notman ou de ses modèles, on ne peut que spéculer, mais il est juste de dire que Notman et les Frothingham forment une équipe très créative. Notman n’est pas le seul photographe à Montréal, mais l’album de la famille Frothingham (aujourd’hui au Musée McCord) est presque uniquement rempli de ses photographies.

 

Art Canada Institute, William Notman, G.H. Frothingham Sharing a Secret with Harriet Frothingham, 1865
William Notman, George H. Frothingham partageant un secret avec Harriet Frothingham, Montréal, 1865, sels d’argent sur papier monté sur papier, papier albuminé, 8,5 x 5,6 cm,
Musée McCord.

Les parents Frothingham, leurs trois filles et leur fils, semblent être une famille joyeuse et affectueuse, surtout selon les normes victoriennes. Un portrait de carte de visite de 1865 montre M. Frothingham chuchotant à l’oreille de la petite Harriet et porte un titre lyrique, G.H. Frothingham partageant un secret avec Harriet Frothingham. Le portrait de bébé de Harriet présente une solution inusitée pour la garder immobile durant l’exposition. Sa mère la tient juste au-dessus de son épaule, puis tourne le dos à l’appareil photo, laissant le visage de Harriet au foyer, à côté de ses cheveux parfaitement coiffés qui tombent dans son dos.

 

D’autres portraits représentent les sœurs, côte à côte, vêtues d’austères costumes de gymnastique noirs, ou la famille qui glisse en toboggan dans le décor hivernal du studio de Notman, voire même le portrait solo de leur mouffette domestiquée. Les nombreuses séances de pose des Frothingham montrent que les souvenirs photographiques sont une partie importante de leur vie de famille. Ces images ne cherchent pas tant à ennoblir la lignée, comme c’est souvent le but de ces portraits de famille, mais elles rendent plutôt compte de leur vie de famille dynamique et excentrique.

 

Au moment du portrait, Harriet est âgée de huit ans environ. Les puissantes lignes du treillis et des balustrades composent un arrière-plan moderne et fascinant à cette jeune fille aux jambes maigres, au petit chien ébouriffé et au chapeau coquet, qui fixe le photographe d’un regard calme et franc. Son corps occupe moins de la moitié de la hauteur du négatif, mais elle en est sans contredit le centre. L’équilibre entre elle et son milieu crée une tension délicate, bien qu’elle semble dominer par la simple force de sa personnalité. Notman a soigneusement manipulé l’éclairage pour accentuer le contraste. Le plancher de la galerie est baigné d’ombre et le chapeau de Harriet reste le foyer central le plus clair. La qualité presque obsédante de la lumière et les lignes sévères et si peu victoriennes évoquent davantage le travail du photographe américain du début du vingtième siècle, E. J. Bellocq (1873-1949), que celui de Notman. Quand les Frothingham commandent une copie pour leur album familial, ils choisissent, ou Notman, une version réduite de cette image qui conserve l’arrière-plan graphique, mais se présente davantage comme un portrait à l’équilibre traditionnel.

Download Download