Homepage Télécharger livre numérique Glossaire English

Scène intérieure avec tapis marocain 1991

Scène intérieure avec tapis marocain 1991

Molly Lamb Bobak, Interior with Moroccan Carpet (Scène intérieure avec tapis marocain), 1991 
Huile sur toile, 91 x 122 cm 
MacKenzie Art Gallery, Regina 

Dans Scène intérieure avec tapis marocain, une toile réalisée à la fin de sa carrière, Molly Lamb Bobak signe une composition hybride, qui tient à la fois de la nature morte et de la scène d’intérieur. Ses scènes domestiques sont à l’antithèse de ses scènes de foule : dépourvues de gens comme de mouvement, elles sont calmes et sereines. Pourtant, dans cette image, et dans nombre de ses autres variations sur le thème, l’artiste capte l’énergie qui émane de l’agencement des objets dans la pièce. Le mobilier — divan, lampe, rideaux — est rendu par une touche vigoureuse. Le tapis marocain est tissé de couleurs et de motifs éclatants. Le vase, rempli de fleurs bleu nuit, posé à côté d’une pile de papiers sur une table de salon en verre, devient le point d’intérêt de la composition. L’emplacement de cette pièce n’est pas précisé, mais l’artiste entretient manifestement avec elle un lien affectif.

 

Molly Lamb Bobak, Salle de séjour, 1973
Molly Lamb Bobak, Living Room (Salle de séjour), 1973, huile sur panneau de masonite, 80 x 121 cm, Banque d’œuvres d’art du Conseil des arts du Canada, Ottawa.
Molly Lamb Bobak, Le studio, 1956
Molly Lamb Bobak, The Studio (Le studio), 1956, huile sur carton, 60,5 x 45 cm, Art Gallery of Greater Victoria.

Bien que la famille de Lamb Bobak, et en particulier son mari Bruno Bobak (1923-2012), l’ait encouragée dans son désir de devenir une artiste professionnelle, son atelier est souvent aménagé chez elle. En conséquence, elle produit plusieurs intérieurs qui sont ses propres espaces intimes. Living Room (Salle de séjour), 1973, exécuté au domicile des Bobak rue Lansdowne, à Fredericton, donne l’impression d’une pièce habitée par ses meubles et ses tableaux accrochés au mur. Des motifs complexes, déclinés dans des tons répétés de rouge, unifient la composition. Une ambiance festive se dégage de ce lieu de réunion familiale.    


 Sa vie durant, Lamb Bobak harmonise son intérêt pour le contenu aux éléments formels de la composition, s’attardant non seulement aux objets représentés mais aux relations spatiales qui existent entre eux. Dans Scène intérieure avec tapis marocain, les objets présents dans la pièce se laissent également reconnaître comme des formes organiques possédant leur propre unité, énergie et équilibre. Ainsi, le tableau affiche une maturité qui fait défaut aux études formelles antérieures exécutées par l’artiste (par exemple dans The Studio (Le studio), 1956), et laisse une impression d’unité esthétique et d’harmonie visuelle. 

 

Download Download