Homepage Télécharger livre numérique Glossaire English

Paysage abstrait 1942

Paysage abstrait 1942

Lionel LeMoine FitzGerald, Abstract Landscape (Paysage abstrait), 1942
Craie de couleur sur papier vélin, 61 x 46 cm
Musée des beaux-arts du Canada, Ottawa

L’été de 1942 marque une période particulièrement créative dans la carrière de FitzGerald. C’est au cours de cet été-là qu’il visite la côte ouest de la Colombie-Britannique pour la première fois, logeant au chalet de sa fille à Bowen Island. Là, le nouvel environnement, si différent du Manitoba, s’avère un formidable stimulant visuel pour l’artiste.

 

Art Canada Institute, Lionel LeMoine FitzGerald, Nude Reclining on Bed, 1928
Lionel LeMoine FitzGerald, Nude Reclining on Bed (Nu allongé sur un lit), 1928, craie sur papier, 22,9 x 30,5 cm, Winnipeg Art Gallery.

Paysage abstrait est l’un des premiers dessins dans lequel FitzGerald construit des formes par de petits coups de craie de couleur constituant des masses. Cette technique, où les taches de couleurs ne représentent pas nécessairement un sujet identifiable, transparaît de temps à autre dans son œuvre jusqu’à la fin de sa carrière. Paysage abstrait est difficile à interpréter compte tenu de l’espace peu profond, de la perspective en escalade et du fouillis de formes rognées suggérant la paroi d’un rocher avec un arbre au premier plan. L’arbre, qui domine l’image de la gauche vers la droite, et l’élément diagonal en forme de rocher, juste derrière à droite, évoquent vaguement des parties du corps humain. On retrouve également ces éléments dans un dessin antérieur, Nude Reclining on Bed (Nu allongé sur un lit), 1928.

 

FitzGerald décrit son approche anthropomorphique de la nature dans une lettre adressée à Bertram Brooker (1888-1955) en 1937 : « La vue d’un arbre, d’un nuage, d’une forme terrestre me donne toujours un sentiment de vie plus fort que le corps humain. Je sens vraiment la vie dans le premier, et seulement occasionnellement dans le second. Je me sens rarement aussi libre dans les relations sociales avec les humains que dans mon rapport aux arbres qui me font éprouver un tel sentiment de liberté. » 

 

Comme le souligne l’historien de l’art Brian Foss : « La représentation des phénomènes naturels — la capture méticuleuse des gradations tonales éphémères et des détails minutieux — n’était pas une fin en soi, mais plutôt une passerelle menant à la découverte potentielle de l’unité sous-jacente de toutes choses. » FitzGerald considère la nature comme vivante, en croissance et jamais statique, ainsi sa volonté d’investir des formes inertes d’une vie qui leur est propre est conforme à sa conception de l’univers. De retour à Winnipeg en septembre 1942, il résume l’expérience de son été : « Je venais de prendre conscience des possibilités du matériel et de ressentir un besoin de l’utiliser que je ne me rappelle pas d’avoir ressenti si fortement à aucun moment auparavant. Mes deux ou trois dernières observations présentaient une qualité de vie qui était fascinante... Je les ressentais au plus profond de moi-même. »

Download Download