Homepage Télécharger livre numérique Glossaire English

Oh My Goodness 2011

Oh My Goodness 2011

Shuvinai Ashoona, Oh My Goodness, 2011
Encre et crayon de couleur, envir. 62 x 26,5 cm
Musée des beaux-arts du Canada, Ottawa

Art Canada Institute, Shuvinai Ashoona, Carrying Suicidal People, 2011
Shuvinai Ashoona, Carrying Suicidal People (Le transport des suicidés), 2011, encre et crayon de couleur sur papier, 127 x 61 cm, collection de John et Joyce Price.

Contrairement à bon nombre d’artistes contemporains, les œuvres de Shuvinai ne communiquent pas souvent son propre point de vue sur des situations sociales ou politiques, même si à de très rares occasions elle réalise des dessins illustrant les crises mondiales ou locales qui la troublent. Oh My Goodness, 2011, est un dessin vertical effrayant et puissant qui représente la mort tragique d’une jeune personne mutilée.

 

Une imposante créature issue d’un autre univers transporte le corps de l’enfant en direction du spectateur. Il pourrait s’agir d’un monstre ou d’un chaman, comme le laisse croire sa bouche où l’on remarque un fragment de panache, des dents et une petite défense. Ses yeux sont remplacés par des globes terrestres, un motif souvent présent dans l’œuvre de Shuvinai depuis 2011. Les bribes de texte en anglais et en inuktitut reproduites sur les vêtements de la créature font allusion au tsunami qui a ravagé le Japon en 2011. Shuvinai parle de cette catastrophe dont elle voit certainement des images à la télévision. William Ritchie (né en 1954), le directeur des Ateliers Kinngait, nous rappelle : « Le tsunami lui est vraiment resté en tête. En inuktitut, “sunamii” signifie “quoi d’autre”. Shuvinai mélange donc les deux mots dans l’orthographe des deux langues. Joemie [Tapaungai] dit que sur la poitrine du grand personnage, il est écrit : “Regardez ça, La vague a fait ça, en venant et en reculant.” Sur la poche du parka de l’enfant, on peut lire : « “Dors bien.” » Le jeu de mots entre tsunami et sunamii évoque les cycles de la tragédie. La maison préfabriquée à l’arrière-plan situe la scène à Cape Dorset, et non sur le littoral déchiqueté du Japon.

 

On peut faire un lien entre cette œuvre et un autre dessin vertical comportant un message social intitulé Carrying Suicidal People (Le transport des suicidés), 2011, qui raconte un drame traumatisant, la perte et la douleur, mais qui cette fois se passe plus près de l’artiste. Au Nunavut, le taux de suicide atteint dix fois la moyenne nationale et certaines victimes ont à peine dix ans. Cette œuvre illustre deux personnages transportant chacun une jeune femme qui a mis fin à ses jours. Un homme, de dos, a dans les bras une dépouille aux longs cheveux roux. Il marche en direction d’un deuxième homme qui transporte lui aussi un corps inerte. Ce dessin n’évoque pas un fait en particulier : nous ignorons qui sont ces personnes. Comme elle en a l’habitude, Shuvinai représente simplement un événement triste et silencieux sans faire la morale.

 

 

 

 

Download Download