La chasse aux monstres, 2015, est une œuvre majeure de Shuvinai Ashoona (née en 1961), une artiste qui s’est fait connaître dans la deuxième décennie du vingt-et-unième siècle (elle est notamment récipiendaire du Prix Gershon Iskowitz en 2019). Shuvinai est reconnue pour son imagination vigoureuse; dans bon nombre de ses dessins, elle fait référence à l’iconographie inuite traditionnelle, qu’il s’agisse de scènes du quotidien ou de la représentation de chamans et d’êtres mythiques comme Sedna, la déesse de la mer. Elle est toutefois mieux connue encore pour son iconographie hautement personnelle. Oscillant entre les scènes naturalistes rendant avec acuité son Arctique natale et les visions étranges, monstrueuses et fantastiques, l’imagerie de Shuvinai est évocatrice d’états mentaux altérés et de perceptions mouvantes.

 

Shuvinai Ashoona, Hunting Monster (La chasse aux monstres), 2015

Encre et crayon de couleur sur papier, 123 x 162,5 cm, Oakville Galleries

Au début des années 2000, l’artiste et photographe William Ritchie (né en 1954), directeur des Ateliers Kinngait, le lieu de travail de Shuvinai, l’encourage à élargir son répertoire thématique et à exploiter les récits imaginaires et historiques tirés de la culture inuite, de la culture populaire et de l’iconographie chrétienne. Elle commence alors à introduire des créatures hybrides et des figures humaines évocatrices au sein de paysages nordiques des plus détaillés, qu’elle réalise maintenant avec une grande adresse, comme on le voit bien dans La chasse aux monstres, ou des chasseurs s’en prennent à des proies imaginaires et surdimensionnées.

 

Dans les dernières années, les créatures marines ont occupé une grande place dans l’œuvre de Shuvinai. Son intérêt premier pour ces créatures s’est probablement développé quand elle était petite fille et qu’elle ramassait des palourdes sur la plage, allait à la pêche et observait les gros animaux marins (baleines, morses et narvals) échoués sur la plage, prêts à être dépecés. Son attirance pour ces images est plus encore nourrie par des films comme Les dents de la mer (un de ses préférés) qu’elle regarde à la télévision. En 2015, lors d’un séjour à Toronto, Shuvinai visite l’aquarium Ripley du Canada et elle est ravie par les espèces qu’elle y voit. Dans La chasse aux monstres, elle nous invite à entrevoir la richesse de son imaginaire.  

 

 

Pour en apprendre davantage sur cette artiste, lisez Shuvinai Ashoona : sa vie et son œuvre

Autres « en vedette »

Download Download